Hautes-Alpes, WE du 14 juillet 17

Florian, Guillaume et Jean-Paul sont en route pour les Hautes Alpes à une voiture et 4 bateaux sur le toit. Eh oui, il faut le savoir, JP a toujours un bateau à faire échanger sous garantie. Et JP compte toujours sur sa bonne étoile pour les navettes.

Benoît quant à lui revient des Hautes-Alpes après une semaine de vacances et croise nos trois individus à Vizille (au 2/3 du chemin de retour). Ah oui autre chose à savoir, la voiture de JP, 218.000 km, est connue de tout le monde du kayak. Si vous souhaitez voyager incognito cherchez un autre plan. Coup de fil de Benoît : Vous allez où ? Je peux venir avec vous ? Ca tombe bien, il nous manquait une navette ! Dernière chose : oui oui on est des beaux enfoirés :-).

Première journée tranquille pépère : Romanche Lyvet/Lyvet à 90cm à l’échelle, Haute Romanche avec le passage du rapide de la Grave qui dépote pas mal, petite Guisane un peu maigrichonne en descendant le Lautaret et un Gyr du soir qui déchire pour terminer. Une petite journée pour se mettre en forme quoi. Pas de quoi fouetter un chat :-).

15 juillet : Guil du 15 juillet, bonjour. 38cm à l’échelle, c’est le minimum syndical mais au moins on ne se pose guère de question, on passe tout (Château Queyras, Zébulon, Grille, Millénium, rapide du tunnel). Enfin on passe presque tous tout. Au passage, merci à Patrick pour les belles photos.
L’eau se faisant rare, on décide de faire marche arrière direction le Vénéon. Paul, un copain du JP nous dit qu’il y a gras d’eau, que ça envoie du lourd mais que la rivière est saine. C’est bon, on y va et on se refait une petite Haute Romanche au passage. On est fin de journée, le glacier a bien lâché et il y a nettement plus d’eau que la veille. Si ça monte autant sur le Vénéon, on va pas jouer les cadors on se le fera à la fraîche.

Les parisiens retrouvés sur place nous sortent un petit squat de leur cru. On y est bien, très bien mais un couple de bretons déjà sur place aurait été mieux sans nous de toute évidence.

16 juillet : En route pour la Bérarde. Pour une fois on ne tarde pas trop par peur de s’en prendre plein la g… si le niveau monte trop. On décide de naviguer jusqu’au « Légionnaire » et d’aviser pour la suite. Tout passe bien en dépit d’un petit bain en début de grille du « slalom ». Le « Photographe » passe comme une lettre à la poste. On note 110cm à l’échelle et JP qui seul connait bien la rivière décide de poursuivre la descente. Ca va vite, très vite. Ca esquimaute une fois, deux fois parfois plus mais on ne déplore pas d’autre bain. Seul Manu (un parisien) passe le 5, les autres portent. Ugo manque de finir dans LE syphon. La perte aurait été d’1 sur 7, résultat encore favorable :-).

Remontée express de la rivière au parking en moins de 20′ pour la majorité des kayakistes, joli score.

On recommence quand ?

Guillaume.

Kayakistes : Florian, Guillaume, Jean-Paul, Benoît (merci pour les navettes), Patrick (PAD’SO), les parisiens (Ludo, Manu, Quentin) et Hugo (Clermontois me semble-t-il).