Tag Archives: Allier

Allier – dimanche 05 Février ( par Florian)

by Florian

Compte rendu de la sortie sur l’Allier, 1ere sortie de l’année !

Ca y est c’est reparti ! Le soleil n’était pas au rendez-vous mais l’eau oui, ça tombe bien on est là pour ça ! Un petit Allier à 42 m3 ce dimanche 5 février, parfait pour une rentrée.
Nous sommes six au départ de Lyon, Alexei, Elie, Stéphan, Pierre-Yves, Vincent et moi-même. Tous éxité de reprendre les choses sérieuse après un hiver à la piscine. Pressé d’embarqué certes mais certains un peu refroidit tout de même lorsqu’à 20 min d’arriver une petite tempête de neige balaye le plateau et que quand on regarde par la fenêtre du camion on voit les ruisseaux gelés. Mais qu’est-ce qu’on fou là ? Qui à eu cette idée pourri ? Pierre-Yves assume pleinement ces mails de motivation.
On retrouve sur place J-P et Raph (qui avaient déjà gouté l’eau de la Gluyere la vieille), mais aussi Guillaume, Luc et deux amis à lui venant de Paris (eux aussi échauffé sur l’Eyrieux la vieille), ainsi que Jérôme s’est motivé après avoir vu qu’il ne faisait pas si froid que ça (pas si tort que puis en définif il n’y a plus de vent et les températures sont positives (entre 0 et 5) ).
Plus qu’à faire la navette et on est sur l’eau, on pose une voiture à mi-parcours, ça y est on y arrive, ha non pas si vite il restait une congère de 3m de long au milieu de rien. Aller on tente de passer. Louper ! Ya plus qu’à sortir les pagaies et pelleter !
Enfin sur l’eau, et effectivement il y en à, ça pousse pas mal, des trains de vagues sont formé là où il faut pagayer l’été, nickel ! Pour le moment on esquive les gros trous le temps de reprendre un peu nos marques puis arrive le premier rapide qui réveil ou met dans le bain pour Stéphan qui fera une bonne partie à la nage, pas de mal mais il fait froid !
Juste après nous voilà à la triple chute qui se transforme en une belle langue d’eau par ce niveau d’eau, ça passe nickel !
Stéphan et les deux parisiens s’arrête à la navette intermédiaire cause de froid ce qui se comprend bien étant donné que ce n’est pas fini puisqu’il reste plus de la moitié du parcours.
Allez on y va ya l’ex-infrand qui nous attend ! Il est là, c’est gros. On le regarde d’un peu tous les points de vue, suffit de prendre la bonne passe quoi. Alexei lui il a vu et il en a marre d’attendre alors il y va (bin oui faut prendre une décision à un m’ment donné !). Certains suivent, certains portent, un certain baigne (bon beau bain). La suite se fait à allure plus ou moins maintenu histoire de pas prendre trop froid, il reste quelques rapides, des vagues et maintenant qu’on est chaud les trous c’est plein fer dedans !
Voilà l’arrivée est en vue, on se relâche, et paf une vague ! Ce fut une arrivée à la nage pour Eli.
Belle journée de reprise, bonne et fraiche sensation !
Merci à tous !
Florian

Allier – dimanche 05 Février (par Pierre Yves)

By Pierre Yves

Première sortie 2017 / Direction l’Allier

Référence : P1/P2 (site eauxvives.org)
Débit : 40m3
Température air : entre 1 et 3°c
Température eau : pas bien plus ^^

Alors que l’hiver n’est pas fini et que bien des Lyonnais pensent encore à faire du ski, un groupe de kayakiste inter-clubs (cool ^^), n’en pouvant plus d’attendre, ont bravé les éléments pour assouvir leur passion ….. Le fucking KAYAK en rivière

L’ambiance dans le camion est bonne mais quelques doutes apparaissent avec la vision de la neige en traversant la Haute Loire ….
Doutes amplifiés quand nous nous sommes retrouvés tout nus, à l’arrivé du parcours, à l’extérieur du camion, pour nous changer … Mais il nous en fallait plus pour nous décourager ^^

Changés en tenu de combat, nous nous dirigeons vers le point d’embarcation
Nous posons une voiture à mi-parcours au cas où…

L’allier a d’intéressant de rencontrer les autochtones, civilisés, ouvert d’esprit et à la discussion …
Je laisserai le capitaine Haddock conclure sur cette rencontre …..

Autre fait marquant au niveau du départ, la rencontre avec une congère sur le chemin d’accès à la rivière à 500m du départ … impossible de passer avec le camion + remorque : obliger de déneiger … à coups de pagaies ^^

Ah enfin, nous sommes sur l’eau et découvrons la température glaciale de l’eau …
Les esquimaux et bains vont être gourmands en calories ….

Au cours de la descente (classe III), il n’y a que 3 difficultés majeurs (classe IV/V) …
Attention à 40m3, les plats sont un peu agités qd mm …
– Première difficulté Le S ….
o Classe IV
o A ce niveau d’eau, préféré l’intérieur du premier virage (moins speed), sortir milieu droit du rapide
– Deuxième difficulté : La triple chute
o Classe IV
o A ce niveau d’eau, c’est plus un gros toboggan …. Préféré la faire à 12m3, plus technique
– Troisième difficulté : L’ex infran
o Classe V
o Majestueux, impressionnant, et apparemment passant comme une lettre à la poste

Malgré le froid et la neige sur les rives ^^, nous avons passé une bonne journée …
C’est une rivière magnifique par son cadre, sa tranquillité, son parcours

Merci à tous les participants, toujours un plaisir de partager un moment de bonheur 😉

15 aout – Bonne fête à Sainte-Marie et à tout les Saumons – Allier 2016

CR by Judith :

Nous avons donc eu de la chance puisque l’organisme public gestionnaire du barrage de Naussac, en assurant le fonctionnement des parcs nucléaires privatisés, a également assuré le week-end de tout ces petits kayakistes venus s’amuser sur l’Allier Sup! Un débit tout juste au dessus du mini navigable (10m3/s) a tout de même réussi à motiver une douzaine de kayakistes venus de divers horizons: NicoRi, Brigitte, Christelle, Stéphane, Xavier, NicoG, Marine, Cyril et Blaise sont descendus de Lyon, Raph, jugeant que dormir c’était tricher, a filé directement de l’Autriche à la Lozère, Thibault et Hervé sont arrivés de terres lointaines en voiture, récupérant au passage Judith qui avait jugé que conduire c’était aussi tricher!

L’équipe au complet vers 13h, après un déjeuner au soleil, embarque rapidement en petites tenues (combi, pas combi?). Au programme du samedi après-midi : le P1 St Etienne du Vigan – Jonchère (III-IV). L’air est chaud et les gorges sont magnifiques: cette rivière a décidément tout pour plaire! Le duo Xavier-Marine fait des sienne dans le topo, et tente quelques figures non classées. Tranquillement, nous arrivons sur le premier rapide de classe IV de la descente: le ‘rapide du S’. C’est plus sur le nom que sur la passe à prendre que nous avons eu à discuter : le premier virage étant peu marqué, nous proposons un re-nommage en ‘rapide du C’. Quant à Raph, il opte carrément pour ‘rapide du I’. C’est donc un sans faute pour tous pour ce passage. Le seconde passage IV est un peu plus impressionnant: repérage et posage de sécu corde sont de mise. Bien moins gigantesque que son homonyme alpine, cette triple chute (du moins c’est son nom) n’en n’est pas moins rigolote! Les deux premiers seuils sont passés pour tout le monde, mais un rouleau assez pâtissier en a étalé plus d’un à l’arrivée du dernier seuil. Mention spéciale au topo, dont l’arrière s’est retourné, ‘mais pas l’avant’… Le siphon signalé sur le topo est en fait assez petit par ce niveau d’eau. Nous débarquons sous le pont à Jonchère, satisfaits d’être fatigués.

Comme promis, Raph avait réservé le logement pour la nuit: nous avions l’endroit pour nous! En effet, les murs sont plutôt fins, mais l’avantage, c’est que le toit aussi. Nous étions aux premières loges pour la dernière nuit des étoiles. Eric nous rejoint pour le dîner.

Dimanche, le réveil se fait à l’aube (la vraie!), pour un embarquement prévu à 9h30 (eh oui!). Contre toute attente, l’équipe fût très efficace, puisque nous avons effectivement embarqué à 10h30, ce qui est déjà très honorable! Le groupe se séparent en 2: ceux qui veulent faire l’intégrale P1-P2, et ceux qui veulent seulement faire le P2 Jonchère-Chapeauroux. Pour ne pas perdre le rythme, nous enchainons le P1 à toute allure, au point d’arriver à Jonchère avant la navette qui descendait de St Etienne! Comme quoi, faire du kayak, c’est encore plus tricher que conduire. Le deuxième tronçon est marqué par la traversée du terrible Ex-Infran! Une partie du courant préfère passer entre de gros blocs en plein milieu du rapide et rajoute une pointe de danger, alors qu’une méchante dent en caillou juste après le premier seuil nous laisse le choix : gauche ou droite, chacun choisit son bord. La fin du parcours se fait sans encombre, avec le soleil jusqu’à l’arrivée où le melon et le fromage nous attendent!

 

Sortie sur l’Allier Sup.

L’Allier, l’Allier , l’Allier,

A mes amis, comme il est agréable de parler de cette rivière. En 2013 les participants étaient tous d’accord pour dire qu’un week-end kayak en été, c’était quand même bien. Alors, en ce beau week-end du 15 aout, profitant des apports naturels de début aout (environ 7-8 mètres cubes) et de 10 mètres cubes à 20°C lachés par le barrage nous nous dirigeâmes vers le Nouveau-monde.

Le Nouveau-monde étant le débarquement de l’allier sup, et non un nouveau continent, sachez le…

Le départ du samedi donne le rythme du reste du week-end. Quelques courses au Puy. Une moissonneuse batteuse ayant décidée d’une opération escargot en solo sur la rn88 nous permet d’apprécier pleinement le paysage sur de nombreuxxx kilomètres. Afin de mettre fin au supplice des champs de lentilles, nous rusons par les petites routes, mais la ruse est de faible ampleur si l’on considère le gaint chronométrique. ET PUIS ON A FAIMMMMMM, vite qu’on arrive au départ !!, Nous commençons a attaquer les banquettes des voitures, dépeçons un boeuf dans un champ. Et ouff on arrive à Saint-Etienne (du Vigan, sinon on aurait fait demi-tour). La BOUFFE, la navette, pendant ce temps certains bronzent, d’autre jouent aux sherpa pour avancer la navette. Beaucoup de tête croisées connues et inconnues sur ce week-end ou décidément les gens s’étaient donné rendez-vous.

On embarque. Alexandre nouveau venu non convaincu que se saisir le cou suffises à éviter l’hydrocution décide de se renverser. Particularité de la descente l’eau est plus chaude que l’air (20°/15°), il semblerait que cela plaise à certains. Brigitte passe en lévitation la triple chute avec son nouveau bateau. La triple se passe sans encombre, j’en profite pour passer avec le bateau d’alex, le portage etant plus compliqué que le passage. Un peu au dessus du déculotoire un chevreuil attend notre passage sur un plagniol pour sauter à l’eau juste derrière, certains ce disent « que mère nature est belle » d’autre se disent «  oh le bon barbeuk que l’on va se faire ce soir » Mère nature l’emporte, comme toujours. Nico Ri se rend compte qu’il a oublié ses clés à l’embarquement, ayant plus en tête comment il a procédé pour retourner à l’embarquement, imaginons-nous qu’il a frétillé avec une nageoire qui lui aurait poussé de manière innopinée dans le dos pour remonter le courant avec ses copains les saumons. On prend le temps sur la descente on la tape en 4h .

Et puis direction le squat, l’Allier propose des spots de camping sauvage qui frôle la perfection, celui ci est à 100 m de la route , personne nous vois, il y a de la place pour des dizaines de tentes, de l’ombre, de l’herbe, du bois pour le feu, tellement de bois que ce n’est même pas drôle de se faire une mission bois. On partage le feu entre différent groupes, quelques bières et hop au lit.

Réveil dimanche matin dans la brume (https://www.youtube.com/watch?v=z9uXqwdoUm0) oui je sais ca n’a rien a voir, association d’idée…. Le temps de quelques cafés quelques tartines quelques thé et quelques jus d’orange , mais rien n’y fait le brouillard est toujours la. Pas très motivant, enfin le brouillard se lève et là les batterie se rechargent à vitesse grand v. Enfin, ca ne nous empêche pas de se retrouver sur l’eau vers les 13h (après avoir mangé comme d’hab) question de rythme circadien. La descente prend un peu moins de temps, Alex arrive à nous pondre un contre prison, la rivière n’en ai que trop reconnaissante avec lui, la fatigue ne simplifiant pas l’affaire, mais le bohnomme est très persévérant. Le niveau d’eau n’a pas trop changé, grand ciel bleu, eau chaude. Et puis après c’est la routine, bière, saucisson, le puy, lyon. En conclusion l’allier c’est super BONNNNN mais mieux vaut optimiser les navettes si on ne veut pas prendre de coup de soleil le temps de celle-ci.

Répondirent à l’appel : Brigitte ; Nico R Nico L ; Alex C ; Raph ; Aurélien ; Michel et sur place un Ardechois s’est greffé à notre groupe, j’ai malheureusement oublié son prénom alors nous l’appellerons Rodrigo.