Tag Archives: Semine

Semine – samedi 5 octobre 2013

Sortie à la journée sur la Semine, parcours P0 (de Belleydoux à Moulin Neuf), vers Saint-Germain-de-Joux. Niveau d’eau: 16m3/s à la station de Châtillon-en-Michaille (encore moins que les 20m3/s de la dernière fois). Des passages IV, des chutes, un X.

La fine équipe: Raph, Clément (ni J., ni S., encore un autre), et Denis.

Nous partons à trois de Lyon, Alessandra ayant gentiment organisé la sortie mais préférant aller naviguer en bassin. Direction Nantua pour aller sur la Semine, une des quelques rivières qui a pris de l’eau avec les pluies de vendredi. Nous jetons un coup d’oeil au niveau d’eau à Saint-Germain-de-Joux puis à l’arrivée du parcours des gorges P0: ça a l’air navigable et de toute manière on ne connait pas le P1 (qui comporte un infran aussi).

Direction l’embarquement, le parking est accessible cette fois-ci: en mars dernier il y avait 50cm de neige partout, mais un peu plus d’eau dans la rivière. Au bout de 50m, il faut déjà dégager un tronc qui barre la rivière: la couleur est donnée ! Les paris sont lancés sur le nombre de portages, Raph mise sur plus de 10, je suis plus optimiste avec un objectif à moins de 10.

La Semine serpente dans une belle gorge, boisée, profonde, isolée. Au programme, de très belles chutes, dont certaines sont à porter (soit par manque d’eau, soit à cause de la hauteur, soit tout simplement parce qu’il faudrait être fou pour tenter ça car c’est un infran). Comme la forêt est difficile d’accès, elle est peu entretenue, et donc les arbres tombés dans la rivière sont légion, la vigilance est de mise sur l’eau. Le sol est couvert de feuilles et d’humus, souple mais glissant, les couleurs d’automne font leur apparition.

Parfois un rayon de soleil souligne le vert des feuillages et de la mousse omniprésente sur les troncs. Le ciel bleu chargé de nuages blancs ajoute une touche lumineuse à ce cadre magnifique. Cela fait bien longtemps que le grand rapace et le héron cendré qui nous ouvrent la rivière n’ont pas vu de présence humaine. Sur la route du retour, c’est un petit chamois qui file se cacher dans la forêt -heureusement pour lui, le chasseur avec son gros fusil à lunette se trouve sur l’autre versant de la gorge !

En résumé: peu d’eau, des cailloux moussus qui ne rayent pas trop les kayaks, pas mal d’arbres qui barrent le rivière (plus ou moins gros), un saut à pied de 5m dans une vasque pour éviter un portage, et de la marche sur un étroit chemin à peine visible pour porter le bel infran (de l’eau qui s’engouffre dans un brèche étroite de roche dure et plonge dans une grande vasque avec une voute de roche dure -toujours la même- au dessus).

Au final, nous ferons 8 portages (un de moins pour Raph qui saute le premier barrage). Le paysage est tellement beau que le kayak s’en trouve plus léger et se fait presque oublier lors des épisodes de marche à pied. À tel point qu’un certain Fluid rouge tenta de me prendre pour une quille en se prenant lui-même pour une boule de bowling dévalant la pente, heureusement il n’y eut pas de strike !

Comme on dit dans le milieu, ça peut prendre de l’eau. On reviendrait bien avec 60m3/s, et des scies aussi ! Je regrette vraiment de ne pas avoir pu vous ramener de phot de cette belle gorge. Pour vous consoler, j’ai ramené une échelle limnimetrique.

CR Semine & Valserine – samedi 13 Oct 2012

La Semine

Départ : Trebillet

Arrivée : Pont de Coz

Longueur : 3 km

 

Difficulté : III(3+) + 2 portages

Niveau d’eau bas : ~ 13 m3

Topo : http://www.eauxvives.org/fr/rivieres/voir/semine

 

Pour éviter de se mouiller les pieds, Bernard embarqua rive droite. Le reste du groupe préféra traverser le courant à pied pour embarquer rive gauche, dans un petit contre idéalement placé pour négocier le 1er seuil. Puis d’un coup, il y eut une sorte d’agitation. Ceux qui étaient encore sur le pont du départ se penchèrent par-dessus le parapet, à la recherche d’on ne sait trop quoi. On l’apprit par la suite, ……. c’était Bernard. Il foira son bac au départ, se retrouva embarqué dans le seuil en marche arrière, un sorte de fer à cheval très étroit à cet endroit, coinça la pagaie à l’entrée et barbota à la sortie.

Les autres qui avaient pris l’option de gauche, sautèrent tranquillement le petit seuil et mouillèrent au mieux la jupe

50 m après le départ, l’affluent se jette dans la Semine. Assez rapidement, on tombe sur le 1er portage, les « marmites de géant ». Mécaniquement ça passe mais le rapide n’est pas très engageant, notamment le second seuil qui ramone un peu et débouche dans une zone de marmite assez malsaine

Un petit drossage marque la proximité du second portage. La rivière passe ensuite dans un petit goulet d’~ 2 m de large, sans difficulté par bas niveau mais qui doit être assez vicieux avec de l’eau. Le débarquement est impérativement à la sortie du goulet en rive gauche, l’infran est juste là. Un enchainement de gros seuils assez biscornus qui débouche sur une étroiture du genre étroit

Pour le reste, il s’agit d’une succession de passages III assez courts – genre petits seuils notamment –  et de bassines de récupération.

 

La Valserine

Départ : Pont de Rouffy

Arrivée : Chezery

Longueur : 3 km

 

Difficulté : III(4) + 1 portage

Niveau d’eau bas : ~ 8 m3

Topo : http://www.eauxvives.org/fr/rivieres/voir/valserine

 

Le profil est un peu différent. Plus alpestre, la rivière court régulièrement, tout en sous bois.  Le cadre est assez sympa avec les couleurs d’automnes

Un seuil de 2 m demande d’aller jeter un petit coup d’œil. Les experts ont parlé, la stratégie est arrêtée. A gauche, incidence gauche avec une giclée. Ca passe moyennant  un bon appui en réception. Guilhem se laisse tomber comme une bouse trop à droite. Nickel, pas le moindre déséquilibre « qu’est ce que vous appelez une giclée exactement… ». Vu de l’aval, on pensait qu’Alessandra allé se manger la falaise à droite. Incidence à droite à fond. Commentaire de l’intéressée à l’arrivée « Pas du tout, j’attendais simplement le moment opportun pour planter ma giclée »

3ieme portage de la journée pour l’infran de la Valserine

Les rapides les plus intéressants sont concentrés sur le dernier tiers du parcours. Il s’agit essentiellement de grosses grilles qui manquaient un peu d’eau avec ce niveau. A noter le rapide dit « du Président », qui est quasi obligatoire à passer du fait de sa configuration entre 2 falaises. Un IV certainement avec de l’eau

Il s’agissait de 2 nouvelles rivières pour la majorité d’entre nous. Il manquait un peu d’eau mais ce n’était pas plus mal de les découvrir dans ces conditions, notamment avec la présence de 3 portages.

Participants : Alessandra, Bertrand V, Benoit, Guilhem, Jérôme, Rémi ( St Etienne), Bernard ( St Etienne), Jean Claude (St Etienne)

Jérôme