Innatendue Rimande – sortie 30 Nov 2018

Une belle réussite de sortie CKLOM-CKTSV, avec en bonus un CR et une vidéo made in Luc !

Participants : Clément (futur éminent membre du CKTSV), Eliott, François, Géraud, Luc (en cours de défection du CKLOM vers le CKTSV), Marc, Nico F, Nico Re, Pierre-Yves et Ronan (du CKLOM)

On profite du fait que c’est encore Luc qui gère le planning des minibus du CKLOM pour s’octroyer le meilleur camion et la meilleure remorque du CKLOM. Les radars vandalisés de la N88 permettent à Luc de rallier rapidement St Martin de Valamas. Nous y retrouvons Clément, Eliott et Marc. Comme Nico Re hésitait entre la classique de l’Eyrieux et le marché de Noël local, nous décidons de partir sur la Rimande, annoncée en classe IV passage V sur EVO, puis d’enchaîner sur quelques km sur l’Eyrieux. Mais nous laissons au cas où (et nous verrons plus tard que ce fut pertinent) une voiture à la confluence.

Et c’est parti ! Ah non pas tout à fait, on n’a pas fait 300m qu’il faut déjà scier des branches. Après quelques seuils et rapides sympa nous arrivons à un premier gros rapide, que Clément, Marc et Nico F auront tenté. Puis nous reprenons la navigation. Rien de particulier à signaler, le cadre est joli, la rivière plaisante (de beaux rapides, des seuils sympas à négocier) mais comme elle est étroite et semée d’(em)bûches il ne faut pas trop serrer son camarade de trop près et rester vigilant.

Nous arrivons à un deuxième gros passage, théâtre de multiples sketchs et bains. Une succession de petits seuils « choupis » terminant dans un goulet à peine plus large que le kayak et qui rappelle un peu. Beaucoup tentent de garder la pagaie dans les mains lors du passage mais peu réussissent, heureusement qu’il y a Marc en plongeur encordé pour nous remettre à l’endroit sans avoir à baigner ! La palme du sketch revient à Clément, qui a lâché sa pagaie avant de passer l’étroiture.

Lors du passage d’une autre étroiture un peu plus loin, Marc, dans sa grandeur d’âme, passe à la nage pour dégager les branches qui dépassaient. Puis nous arrivons au 3e et dernier gros passage. Je vous le donne en mille : un toboggan tombant dans une étroiture. Certains ne se posent même pas la question et portent. D’autres préfèrent regarder les premiers engager avant de passer (voire baigner).

Vient ensuite une gorge en V-VI que nous portons tous, ce qui nous permet de faire un rembarquement à l’américaine pour le dernier km. Ah tiens nous arrivons un barrage vu depuis la route. Bof, avec Marc qui nous indique l’endroit à sauter ça devrait aller. Sauf que la hauteur du barrage (4-5m) en a surpris plus d’un !

Dernier enchaînement avant l’arrivée sur la confluence avec l’Eyrieux. Certains portent, d’autres passent partie ou totalité, et Luc se paie le luxe d’une marche arrière (c’est pour ne pas avoir peur du rapide, dit-il).

Il est 16h30, la nuit arrive, décision prise à l’unanimité d’arrêter là la descente. Luc fait à nouveau preuve de ses talents de pilote en amenant le camion et la remorque cage de 2m de large au pied du débarquement par un chemin de 2,01m de large. Et c’est le retour sur Lyon, dans le brouillard sous la pluie. Luc paie sa tournée de papillotes pour faire passer le temps dans les bouchons à St Etienne.

==> Montage vidéo (version non censurée, des vidéos verticales et des pagaies qui s’envoient en l’air) <==