Category Archives: Récits sorties

Verdon & Bonne – we du 01/02 Sept 18

CR  en image du we Verdon et basse Bonne du  1 et 2 sept 18

(cliquer sur la photo pour accéder à l’album complet)

Grand Canyon du Verdon ( Du Pont de Carajuan au lac de St Croix) ~ 13 /15 m3

 

 

 

 

 

 

 

Basse Bonne ( sous le barrage)  – ~ 5 à 6 m3

==> kayakistes : Brigitte, Stéphane, Jacques, Corentin, François, Jérôme, Pierre Yves, Raph, Nicolas F, Christelle

Canyon de la Tara ( Monténegro) – Août 2018

Le Canyon de la Tara s’étire au Nord du Monténégro sur  ~ 80 km depuis ~ Zabjak  jusqu’à sa confluence avec la Piva à la frontière avec la Bosnie . Sa profondeur dépasse allègrement les 1000 m . Sur ces deux premiers tiers, l’isolement est quasi total.

 

 

 

 

 

En été, le niveau max dépasse à peine le III mais la difficulté est ailleurs. Hors de l’eau. D’abord pour trouver des kayaks dans une des bases de raft du coin ensuite pour les convaincre de nous les louer, enfin pour nous laisser partir sans guide. Il a fallu être très insistant sur notre « high level » et montrer nos licences FFCK. Enfin après une après-midi d’incertitude,  on a su qu’on avait nos bateaux et une navette assurée .

La Tara a le bon goût de courir en permanence, ce qui permet d’avaler en 2 jours ses 80 bornes sans trop forcer. Tu navigues sur un miroir, tu vois le fond à 4 m  avec un légers flou.

Ici point de falaise à la Verdon, mais de la forêt à perte de vue. On y aura croisé des biches . Les rafteurs du coin nous ont parlé de loup, de linx voir d’ours. Christelle aura passé 2 jours à débarquer tous les km pour scruter les traces d’animaux sur les plages.

kayakiste : Jérôme, Christelle

 

Sortie Allier

Date : 19 et 20 aout

Participants : Stéphane,  Brigitte, Nico Ri, Eddy, Christelle, Samuel, Jacques , Jérôme,  Mathilde, Philippe,  Eric, Pierre.

Météo :  Globalement  ensoleillée

Parcours : Barrage de Naussac  à   Pont de Jonchères  (samedi) puis St Etienne de Vigan à Chapeauroux

Repas : Excellents avec un petit déjeuner en musique

Difficulté : y’en a qui vous diront que c’était facile, y’en a qui vous diront qu’ils ont baignés, d’autres qu’ils ont esquimauté,  tous vous diront qu’à  un moment ou à un autre,  ils ont passé la triple chute (à l’endroit), certains diront qu’ils ont  passé l’ex infran, d’autres qu’ils l’ont porté

Niveau d’eau : suffisamment pour naviguer et se faire plaisir

On ne juge pas les traditions – We Allier du 18/19 Août 2018

CR sortie sur l’Allier du 18/19 août ( débit 11 m3)

Les traditions, on dit pas, « c’est bien , c’est pas bien, on le fait et puis c’est tout » . Et la descente de l’Allier autour du 15 Août en est devenue une au CKTSV depuis que Raph a pris les choses en mains.

Son instigateur – occupé à fêter ses 30 ans à 31 ans du coté de la Dudu – Eddy et Brigitte ont repris le flambeau pour nous concocter un we sympathique, entre « barrage de la Valette / Jonchère » le samedi et  « Saint Etienne du Vigan /Chapeauroux » le dimanche.

Ce pèlerinage de fin d’été est surtout l’occasion de papoter de nos vacances, de voir certain(e)s dont c’est la seule sortie annuelle …et à la rigueur , de temps en temps, on envisage de donner un petit coup de pagaie.

Il est aussi l’occasion d’illustrer un des adages du kayakistes « rien n’est jamais acquis » ou  ce n’est pas parce que je suis bien passé le samedi que je passerai bien le dimanche. Mis en pratique par Jacques et Mathilde mais dans des dispositions opposées

La triple chute ou l’ex-infran suscitent toujours son lot d’interrogation.  Je porte ou passe ?  et si je passe,  la diagonale de droite à la Blaise ou l’envol du pleureur à gauche au risque de se faire drosser à la sortie.  Les 2 stratégies furent couronnées  de succès.

Le samedi soir , même aire de camping sauvage dans le champ du paysan du coin,  dont on ne sait toujours pas s’il est consentant ou pas. Un repas bio succulent préparé par Brigitte et Jacques (le gras, c’est le gout) tandis qu’une partie du groupe partait à la chasse au champignon. Le tout sur fond de « que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime » entonné par Philippe au son du ukulélé , pendant que Christelle faisait du lobbying toute la soirée pour vendre sa sortie Verdon de Sept.

Par contre, le mystère reste entier pour savoir qui a ramené les bières « Sex in Canoë » à l’apéro. Un temps soupçonné, Mathilde a nié en bloc……. mais personne n’est dupe.

kayakiste : Eddy, Brigitte, Nicolas, Samuel, Jacques, Jérôme, Eric, Stéphane, Christelle, Mathilde , Pierre  (CKLOM), Philippe (apatride)

journée découverte du club – dimanche 2 aout

Vous êtes en bonne santé, vous aimez vous baigner dans l’eau lorsque celle-ci est aussi fraiche qu’une bonne bière. D’ailleurs, vous appréciez aussi cette dernière. Alors rejoignez-nous à la journée découverte du club le dimanche 2 septembre 2018, pour plus d’info, fb du club  ou cktsv@free.fr.

Semaine dans les Alpes, 22-29/07/2018

Jour 1 : Doron baston, Isère bière, on décolle pour les cols

RDV donné à 8h30 dimanche au club pour le chargement des bateaux et du matériel de camping. Nous sommes 3 au départ de Villeurbanne sous un beau ciel bleu ensoleillé : Nico, Anna et François. Nous rejoignons Raph sur la route pour aller faire le Doron et l’Isère. 1er arrêt à Brides les bains pour repérer le rapide de la piscine du Doron qui sera le point de départ de François. Nico et Raph partiront plus en amont pour une partie supérieure plus teigneuse et Anna préférant se réserver pour l’Isère passe son tour. La descente se passe bien avec arrivée à la base de Raft. Après une pause repas, on enchaîne sur l’Isère au départ de Landry vu que le stade d’eau vive de Bourg St Maurice était réservé aux slalomeurs pour une compète.

 

Finalement 2 belles nav sous le soleil, pas de bain ni de sketch et une bonne bière pression locale à l’arrivée. Séparation des troupes : Anna et Raph repartent sur Lyon tandis que François et Nico prennent la direction de Briançon pour rejoindre d’autres kayakistes. Quelques heures de route et 2 cols plus tard (dont le Galibier de nuit avec de la pluie, du vent et un brouillard bien épais façon film d’horreur), nous arrivons à un bivouac près du Guil.

Jour 2 : Intégrale intensive, Gyronde tardive

Réveil au bivouac et là surprise nous retrouvons Jean-Paul, avec qui nous pensions naviguer le lendemain, et Manu qui dormaient également sur place. Nos chemins se séparent et nous allons à la rencontre de Guillaume, Adrien (futurs compagnons de route et de nav pour la semaine), Arnaud, Yohan et Alex (moniteur de raft sur le Vénéon -> détail important pour la suite) et un kayakiste d’Exo. Le programme de la matinée est le Guil depuis les gorges de château Queyras jusqu’à maison du Roy.

Descente sans encombre avec quelque bains dont un de François juste avant l’arrivée. A la fin de navigation nous sommes rincés et nous ne pensons qu’à 2 choses : nous rassasier et enchaîner par une sieste salvatrice dans le hamac. Ça sera chose faite. A partir de là, François propose une petite Gyronde pour terminer la journée et n’arrivera qu’à convaincre Nico. Donc ce sera 1 descente + 1 remontée en stop pour faire la navette. 1ère Gyronde pour les 2 compagnons du coup ça se fera avec les infos d’Adrien et du topo. Après le portage de l’infran, on se demande où repartir. On hésite, on se pose des questions, on passe certains rapides et on en porte d’autres. Bref une navigation plus longue que prévue et quelques interrogations en suspens. Même après 21h, Nico arrive à remonter en stop (heureusement pour nous).

Jour 3 : Au pire, on laisse le Gyr

C’est parti pour la Combe Chauve du Guil avec Adrien, Arnaud, Nico, François (les mêmes que la veille) et en + Jérôme, Laurent et Christophe. Découverte d’un kayak abandonné juste après le départ qui sera ramené sur la berge et signalé (ce qui a du redonner le sourire au propriétaire). Certains sont joueurs et passent le gros rapide juste avant l’infran tandis que les autres le portent avant de faire le bac en amont de l’infran pour porter à nouveau.

 

Belle descente sous le soleil avec une seule baignade et arrivée directement au bivouac pour Adrien et François (laissant aux autres le soin de faire la navette) où l’on retrouve Guillaume les pieds dans la rivière en train de bouquiner.

Après une pause repas et une partie de Carcassonne, départ pour le Gyr et Gyronde. Sur le trajet, François se désiste pour le Gyr invoquant la non sieste remplacée par un jeu de table. A la vue du Gyr courant bien vite et d’un sketch de 2 kayakistes inconnus, Adrien se désistera également ce qui finira par démotiver Nico et Jérôme. Donc ça sera Gyronde pour tout le monde.

Jour 4 : Guisane au balcon, Romanche à grêlons

On abandonne notre bivouac au bord du Guil et on part pour faire la basse Guisane (Nico, Guillaume et François). Encore une nav sous le soleil qui se déroule sans encombres. Après un repas au col du Lautaret, on prend la direction de la Romanche où on rejoint Adrien. On fait le tour pour démarrer en dessous des travaux du barrage. Et au moment de se changer, un orage éclate. Des grêlons se mettent à tomber et on se met rapidement à l’abri sous nos kayaks ou les mains planquées sous le gilet et la tête protégé par le casque. Début de la nav dans la brume.

 

Arrive un enchaînement de rapide classe IV. Le début se passe bien mais Guillaume se retourne après un passage et François le suivant de trop près vient lui rentrer dedans. Réflexe du kayakiste oblige, Guillaume esquimaute avec les mains en s’appuyant sur le bateau de François mais sans sa pagaie… Il termine le rapide avec brio et avec ses mains. Une fois la pagaie rattrapée et rendue à son propriétaire, on finit le parcours plus tranquillement. Une longue réunion de concertation nous décide à aller vers Venosc pour faire le Vénéon le lendemain et retrouver Yoan et Alex les 2 guides de raft. En cherchant à bivouaquer, on tombe par hasard sur un camping/squat à côté d’un gîte où logent tous les gens du raft et nos 2 guides.

Jour 5 : Vénéon en doublon

C’est le grand luxe ! Il y a douche et toilettes dans des cabanons. 1ère douche du séjour ! Toujours à 4, nous décidons de faire une des parties basses du Vénéon avec une belle grille IV de 500m juste avant la fin. Nous refaisons la même portion en soirée avec Yoan mais avec 15 cm d’eau en plus qui change pas mal les rapides et accélère le dernier enchaînement.

Et pour finir la soirée, apéro devant les caravanes et petit concert dans le village d’à côté avec bière locale et galettes bretonnes.

Jour 6 : Grand Eyvia, un petit goût de dolce vita

Au matin, on essaye de décoller assez tôt pour rejoindre l’Italie et le Val d’Aoste. 3 cols plus tard, nous voici arrivés et prêt pour descendre la Grand Eyvia. Cette fois-ci nous sommes 5 et c’est Christophe qui nous rejoint. La 1ère partie jusqu’au pont se passe bien avec de beaux passages et de longues grilles sauf François qui a fait quelques mouvements de brasse.

 

Le groupe se sépare et Nico, Christophe et François décident de continuer. Au niveau d’un énorme bloc rocheux RD, on découvre un beau seuil qui finit dans une marmite un peu étroite (rapide moins sain qu’il n’en a l’air d’après le topo). Nous décidons de porter ce passage. Dernier enchaînement, une triple chute avec un rappel barrant la rivière qui sera bien passé par Nico et François.

On peut ensuite rejoindre Guillaume pour notre 1ère nuit en camping et tester un restaurant à proximité. Ça serait dommage de ne pas manger de pizza.

Jour 7 : Matinal, tu fais mal (ou : Valnontey m’a tuer)

Nico, d’humeur matinale, a profité de sa promenade pour repérer la rivière proche du camping : le Valnontey. Bilan de Nico : c’est jouable mais ça enchaîne bien et ça commence direct dans le vif du sujet. Petit photo des héros au camping avant le départ. On part du camping kayak à l’épaule et on embarque. C’est vrai que ça démarre fort : une petite ligne droite, s’ensuit un S avec des pavés et des petits seuils d’1 mètre et à la fin du S un seuil plus important. Nico l’ouvreur optimiste a juste le temps de penser « Mais c’est de pire en pire ! » et c’est le drame. Il passe le seuil la tête à l’envers et esquimaute laborieusement. Christophe, qui avait bien négocié le seuil, se pose sur Nico en fausse gite et baigne, mais arrive à récupérer tout son matos très vite. Guillaume le passe nickel. François baigne à la réception et Adrien esquimaute juste après. Bilan final : 200m parcourus depuis l’embarquement, 2 bains, 2 esquimo, 1 pagaie de perdue et 1 bateau en solide cravate au milieu de la rivière. Une fois le bateau récupéré, François arrête et les autres débarquent un peu plus bas. Après débat entre un basque chaud patate et un ex-ouvreur dépressif, tout le monde arrête là avec objectif de refaire le parcours de la veille. Guillaume fait son « walk of shame » de retour au camping, tandis que les héros déchus reprennent une photo mais se gardent bien de repasser par le camping.

Et c’est là que (re)commence le sketch. François baigne 3 fois dont le dernier juste avant le pont séparant les 2 parcours. Et sur le dernier, Christophe se lance à la poursuite du Machno naviguant tout seul. Et là, Christophe se boite également. Résultat : 2 bateaux descendant la Grand Eyvia sans leur propriétaire. Le kayak de François s’échoue assez rapidement et gentiment sur la berge RG tandis que celui de Christophe continue sa course et s’arrête dans le stop de l’énorme bloc rocheux RD. Nico et Adrien qui continuaient le parcours en kayak s’arrêteront avant le seuil et débarqueront RG.

Jour 8 : Dora de fin, là on est bien

Dernier jour du séjour pour Nico et François. On décide de faire une basse gorge de la Dora Baltea tous ensemble avant que les 2 compères ne prennent la direction de Villeurbanne. Finalement ça sera sans François qui préférera faire une sieste dans le hamac (chicken pass). A l’embarquement, on rejoint un ami d’Adrien pour une descente tranquille qui fait retomber la tension de la veille (idem pour la sieste).

Sur le chemin du retour, on ne résistera pas à la glace à l’italienne (en Italie…) et on s’arrêtera à Bourg St Maurice pour se ravitailler en fromage et bières.

L’ami Adrien nous a encore gratifié de beaux montages de son séjour dans les Alpes, qui incluent quelques moments croustillants de ce compte-rendu. Retrouvez sur Youtube :

Sortie basse Auzène du 28 janvier 2018

Mieux vaut tard que jamais, le CR d’une sortie qui restera dans les mémoires…

Nous ne savions pas où nous partions. Chacun avait son avis : haute Auzène, basse Auzène, Eyrieux, très haut Eyrieux, parties de tarot…

Raph tranche, très haut Eyrieux : « la navette sera plus rapide ! ».

Quelques instants plus tard, chacun se dirige vers les voitures, Raph annonce que nous partons sur la basse Auzène.

Voici le tableau des points de navigation :

Alexei + 5 points : tentative d’aide, soutien psychologique + ou – ratée

+ 20 points récupération du bateau de Guillaume

– 5 points esquimautage + 10 points pour l’intention

+10 points pour avoir amené des dates et des noix

Nicolas F RAS = 0 point

Il a quand même couru derrière le bateau présidentiel qui venait d’être recraché par le siphon.

Guillaume (le Président) Prix du jury : le Président qui n’a faillit durer que 2 jours.

Guillaume s’inflige le passage du siphon, certaines mauvaises langues diront que c’était pour éviter le portage.

Le bateau gardera quelques égratignures. Il n’est peut-être pas né sous la bonne étoile.

Mention spéciale course à pied (navette)

Raph -15 points : bain sans style et sans aucune récupération, tout ça pour épater les filles.

-15 points navette : 1 point par kilomètre qui aurait pu être épargné.

Mention spéciale course à pied (navette)

Nico Re -30 points : Mise en danger d’autrui lors d’un arrêt méditation au milieu d’un rapide.
Anna Victime de Nico Re qui n’a pas survécu au passage de seuil en marche arrière.

-5 points pour absence d’intention d’esquimautage : hommage au très célèbre « Jérôme style ».

Ce que nous retiendrons de cette navigation :

  • Auzène = magnifique rivière ardéchoise
  • attention au siphon scélérat sur le plat !!

Debrief de la journée Sécu

  1. Organisation :
  • Organisation d’une journée sécu (pour le plaisir de barboter ^^) avec l’aide d’Anna (CKTSV) et de Luc (CKLOM)
  • Demande de la part du CKTSV d’organiser la journée sécu dans le cadre de la FFCK
  1. Date et lieu de l’évènement :
  • Quand : 21/07/2018 – Début : 10h / Fin à 16h30 (1h pour manger / pic nic)
  • Où : au bassin de Saint Pierre de Bœuf.
  1. Participants :
  • 2 clubs présents : CKSTV (responsable PY) et CKLOM (responsable Luc)
  • 4 encadrants : Raph, Anna, Luc, PY
    • Rôle : Management de la journée, mise en place des ateliers/exo, apports de conseils
  • 7 stagiaires  : Mathilde, Damien, Pierre, Olivier, Eric, Samuel et Gustavo.
    • Rôle : Participation aux ateliers/exo
  1. Matériel
  • EPI : chaque participant a apporté son matériel
  • Corde de sécurité : le CKLOM et CKTSV ont fournis des cordes + celles des encadrants = 6
  • Kayak : le CKLOM a fourni 6 kayaks / CKTSV : 2
  1. Déroulement de la journée :
  • Tour de table :
    • Présentation de chacun (prénom, nbre d’années d’expérience, type de pratique ….)
    • Echange sur la notion de risque en rivière – voir annexe I
    • Echange sur la notion d’EPI (protection thermique, mécanique) de kayak – voir annexe II
    • Echange sur notion d’un sport indivi-collectif (notion de groupe / communication verbale et non verbale)
  • Mise en tenue de combat (illustration des EPI)
  • Exo de lancer de corde du bord à un nageur au milieu du bassin (explication de la théorie du lancer de corde + astuce en cas de besoin de relance immédiate = remplir le sac d’eau)
  • Exo natation avec sa pagaie (rappel de la position de sécurité) : mise à l’eau en RG, traversée de la rivière (avec mouvement d’eau), stop dans un contre derrière un caillou
  • MIAM
  • Exo de récupération de matériel (kayak avec 2 pagaies, bac avec un nageur accroché sur pointe arrière)
  • Exo de natation dans la première vague (but : nager en Cl.III volume)
  • Débrief collectif de la journée
  1. Analyse de la journée :
  • Avis générale : Tout le monde s’est amusé et a été content de cette journée
  • Météo : faut une météo clémente pour que tout le monde participe aux exo aquatiques volontairement
  • Date : a permis d’être en petit comité (11personnes) => gestion plus facile, échanges plus simples, répondre de manière individuelle aux questions de chacun
  • Lieu : bien mais attention au monde pouvant être présent dans le bassin (slalomeurs, free styleur…) / astuce : au-delà du bras de liaison moins de monde toute la journée
  • Exercices de récupération : attention à la force des courants … pouvant être trop forts pour certains stagiaires (y aller graduellement)
  • Durée de la journée : environ 6h dt 1 heure pour miam => minimum
  • Matériel / nbre de cordes – kayak: ratio ok pour le groupe
  • Rythme journée : Cela a été bien fait mais attention à garder du rythme dans la journée (merci à Raph) / Après manger le rythme a baissé (digestion) / ne pas s’endormir sur les exo / définir au préalable les exo de l’aprèm pour mieux les enchainer
  • Manque : Au moment du tour de table : quels sont les attentes de chacun de cette journée ?
  1. Annexe I :

Les dangers en rivière sont :

  • Les rappels
  • Les arbres/branches
  • Les siphons
  • Les barrages / structures artificieux
  1. Annexe II :

Echange sur la sécurité en rivière

  • protection contre le froid, protection contre les cailloux, protection noyade (voir EPI d’un kayakiste)
  • sécu perso, sécu du groupe
  • distance de navigation
  • se renseigner sur la rivière (topo – eauxvives.org, appeler une base de raft, un ami, quelqu’un qui connait la rivière …)
  • sécu personnelle, sécu du groupe
  • connaissances/reconnaissances des dangers de la rivière (barrages, rappel, siphon …)
  • confiance en soi

Les EPI d’un kayakiste sont :

  • chaussures fermées avec semelle (sans lacés si possible)
  • protection thermique (chaussettes néo, long john néo, lycra ou pull en 100%laine, gants néo ou manchon, bonnet néo, combi sèche)
  • gilet de sauvetage,
  • casque (intégrale ou pas, à minima crâne + oreilles protégées)
  • coudières
  • corde de sécu
  • couteau
  • gonfle pour kayak
  • mousqueton
  • téléphone
  • trousse de secours
  • (équipement pour mouflage)
  • (sifflet / talkiewalkie)

La DURFESTIVANCE

Date :

WE 7-8/07/18

Participants : Team Big Family

La Madre (débutante), El Padre (encadrant, orga de la sortie, expérimenté), El Niño (encadrant, expérimenté), La Niña (débutante), L’Italienne (expérimentée en pointillée)

Programme :

Samedi : Guisane – intégrale (haut & basse) / Durance : Saint Clément – Rabioux

Dimanche : Durance Saint Clément – Embrun

Météo du WE :

Beau, Soleil, Chaud

Préambule :

Des intrépides et valeureux aventuriers décidèrent  d’affronter le terrible Zambèze … la Durance dans le cadre de son festival ^^

Mais comme 2 jours de Durance, ce n’est pas très excitant (l’auteur se reconnaitra), le programme fut pimentée avec la terrible et redoutable Guisane

Vendredi soir :

Trajet, 2 départs (Lyon / Grenoble), Aux aléas prés (retard, erreurs sur trajets … mais qui ont été vite corrigés), les 2 voitures se retrouvent au camping New Rabioux – Châteauroux les Alpes vers 23h00, près du château ^^

Samedi :

Nous embarquâmes, le matin, pour la haute Guisane (niveau d’eau : moyenne eau)

Eau bleutée = belle et glaciale, cadre très joli, rivière alpine, cl II/III

L’ambiance est bonne, la descente agréable.

Arrivée aux Guibertes, la pression monte, El Niña failli s’engager dans le rapide alors que la consigne était « STOP à gauche » … les raisons restent obscures ou peut-être que le contre était fuyant ^^

Rapide de classe III, le groupe repère et décident d’une ligne :

  • On rentre à droite / esquive du 1er rocher par la droite / distance kayak-rocher 1m max
  • Au passage du 1er rocher, incidence gauche pour se placer rapidement à gauche (attention à la pente) pour éviter des cailloux sur la droite
  • On reste à gauche pour finir la ligne droite
  • Passage du virage à l’extérieur
  • On reste à gauche pour faire la ligne droite de sortie du rapide

Le doute s’installe dans la tête des encadrants … quelle sécu pour éviter le bain trop long des moins expérimentés (car oui, pour les méchants encadrants, les filles allaient nager dans ce rapide, mais chuttttt faut pas le dire).

Sécu choisie : Une corde à la moitié du rapide (amont du virage, en RG) + la descente d’un moins expérimenté encadré par les 2 encadrants

Mais quel dévouement des encadrants, faire 2 fois ce terrible rapide pour plus sécurité … ou juste par plaisir de faire ce rapide 2 fois … l’histoire ne le dit pas ^^

Les téméraires kayakistes engagent …

  • Premier passage, l’ouvreur ne suit pas du tout la ligne sélectionnée … heureusement que derrière ça ne suit pas bêtement : Passage niquel
  • Deuxième passage, tout le monde respecte la ligne sélectionnée : Passage niquel

Encadrants 0 – Débutantes 1

La Niña, méga heureuse d’être en vie et dans son kayak après ce rapide (le plus gros et long rapide qu’elle a jamais fait en kayak ^^), fait une faute de gite en marquant son stop … Et là c’est le drame.

Alors que nous sommes au moins 2 à proximité pour l’aider, elle décide de nager … et vu qu’une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, le kayak et la kayakiste reparte dans le courant … Une femme à la mer

Cela lui a couté un petit rappel de la notion de la gite appliquée au stop le soir au camping ^^

(gite = présenter ces fesses au courant)

La navigation se finit doucement et sans incident

Arrivé à Chantemerle, scission du groupe :

  • Les filles font la navette
  • Les encadrants : la basse guisane – moyenne eau – oui, mais avec quelle embarcation ?
    • kayak (voir playboat)
    • ou hot dog

Le choix se porte sur le hot dog pour le fun (thème du WE ^^).

Après quelques tergiversations sur le sens du bateau, les 2 intrépides s’élancent réellement

Luc Alphand et glissière portés, jugés trop râpeux pour le gonflable (téméraires mais pas complétement sans cerveau) … surtout que rapidement, le plancher est mou (manque de pression) L

L’équipe échange sur le programme : «  y a un pont, après, la rivière gagne de la pente, puis on rentre dans la forêt et là ça s’énerve vraiment »

Mais le temps de le dire, nous y  sommes … On voit le pont …

La basse Guisane est une parcours très court qui file, La pression monte ^^

Dans la forêt, unique consigne : « on pagaie fort ! on pagaie fort !! »

On enchaine manœuvres d’évitement, trou, … le rythme est assez soutenu mais ca passe

Le hot dog ressemble plus à une baignoire voir un sous-marin mais l’ambiance est bonne

  • Le barreur : « Mais mec, qu’est-ce qu’il y a devant ? »
  • L’équipier : « attend je me lève, je te dis ca »

Pensée du barreur : Euhhhhh … ah bon ! Il ne veut pas rester assis ? cela serait quand même plus stable … surtout à l’approche d’un rapide !

Arrive le second gros passage … l’équipage est en désaccord … faire un stop en amont ou pas … finalement un stop est réalisé … s’en suit repérage, grattage de tête & réflexions …

Le rapide est très sinueux (surtout pour un hot dog avec un équipage très peu aguerri à cette discipline).

Le désaccord est toujours là : engager ou porter … Finalement, on porte la 1ère moitié du rapide (zone la plus sinueuse)

Le ré-embarquement fut marqué par une fausse gite qui a bien failli nous coûter un bain ^^

La fin du parcours est plus calme et on rigole dans l’embarcation …

Mais cela c’est sans parler du dernier rapide : un barrage à passer sous un pont marquant l’arrivée.

Les filles, sur le pont d’arrivée (quel comité d’accueil ^^), nous racontent toute une histoire en langue des signes et accessoirement nous indique la passe (passe à gauche à 1m de la rive) …  sur l’eau, on a rien compris ^^

Guisane : Done

PS : Et dire qu’El Padre avait soufflé que tout le monde pourrait faire la basse Guisane … encadrants en Kayak, débutantes en hot dog … déjà avant la descente cela me semblait quelque peu scabreux mais après la navigation … on est dans le top 5 des mauvaises idées ^^

Mais c’est pas fini ! …. Reste encore le Zambèze … la Durance

Plat, large (très), cette ultime navigation de la journée est tranquille voir un peu molle.

Mais le groupe lève la tête et apprécie le paysage … sauf un, sinon cela n’est pas drôle ^^

La descente se passe tranquillement.

On arrive au camping, notre débarquement, mais une dernière épreuve nous attend : el famoso rapido de « La Vagua di Rabioux ». Décision prise, tout le monde passe la vague et advienne que pourra

En amont du rapide, on prend le bras de droite (attention le bras de gauche est plus technique, sinueux) et là surprise, en approche de la vague on traverse une zone de Cl.III volume

De grosses vagues allant venant de tous les côtés … C’est fun, c’est rigolo mais met pression pour les encadrants : est que ce les filles vont se la coller dans cette zone ?

Tout le monde passe correctement la zone d’approche et la vague.

Encadrants 0 – débutantes 2

Un peu plus tard dans la soirée

  • El Niño : Mec, c’est quoi l’organisation (l’heure, gestion de la navette) pour la descente collective du festival ?
  • El Padre : J’en sais rien, on a qu’à demander aux organisateurs

C’est parti direction le chapiteau des organisateurs … on y trouve « El Stagiaire » :

  • El Niño : Bonsoir, pour la descente de demain, comment cela se passe ?
  • El Stagiaire : Bonsoir, quoi … Ah la descente de demain … j’en sais rien du tout, perso je ne suis que le stagiaire … la descente je ne peux pas te renseigner mais si tu veux boire du rhum c’est telle tente … Mais toi … tu navigues avec
    • un 4fun de JK bleu,
    • casque casquette noir,
    • Kway rouge et noir de la marque hiko,
    • gilet rouge et noir marque hiko,
    • combi noir,
    • pagaie Werner rouge
  • El Niño : Euh … oui …

Evidemment gros questionnement : comment « le stagiaire » savait tous ces détails sur El Niño?

Le reste de la team a supputé une tendance à voile et à vapeur du stagiaire et à demander à El Niño d’être l’interlocuteur privilégié du Stagiaire … Merci la team ^^

Bien claqué après toutes ces navigations et émotions, le groupe reste motivé pour le film (projeté dans le cadre du festival) : « Into twin Galaxies »

Enorme film sur une expédition dans le cercle polaire pour aller naviguer « The River » de son origine au centre du Groenland jusqu’à la mer … des images sublimes/magnifiques, un récit d’une aventure extraordinaire et dangereuse  avec son lot de réussites, d’échec, de doute, de peur …  allant bien au-delà de l’imagination et des limites de Mr Tout le monde …

Dimanche :

Au vue des chaudes températures, El Niño décide de s’équiper light et annonce : « j’ai pas baigné hier, aucune raison que je baigne aujourd’hui » …

Résultat des courses : un bain 10mn plus tard pour El Niño, au début du bassin de saint clément … « c’est pas de ma faute, un rouleur a traversé la rivière ! … c’était le début, j’étais pas concentré … j’avais trop chaud ! » … bref, j’ai pas vraiment d’excuses ^^

Sinon la descente (cl II) se passe bien … rien de bien folichon

A noter :

  • Un bain pour La Niña … attention au passage de rapide trop proche des uns des autres … manque de place et de vitesse pour passer un rouleau = erreur 404
  • Une manœuvre de sauvetage d’un Paddle (oui j’ai décoincé un paddle … j’ai honte ^^) et de son propriétaire (qui a eu chaud … après passé dans un siphon, il est resté agrippé à un rocher, dans l’eau et dans un contre au milieu de la rivière (15m de large de Durance !) … apeuré, ne savant plus quoi faire, un peu à bout de forces)

On débarque, On mange et le groupe se divise :

  • la voiture / Lyon directe,
  • la voiture / Grenoble reste pour assister à la Tombola … de nombreux lots sont remportés par « les Lyonnais » (surnom des organisateurs du festival pour notre groupe) ^^
    • Un téléphone (I-phoneXII) a été gagné … comme quoi pas la peine de se casse le .. à faire la course de planche à pagaie

Conclusion :

  • Victoires des Filles
  • WE sport (4 navigues : 3+1)
  • Une bonne expérience pour tout le monde en particulier pour les moins expérimentés (rivière alpine)
  • Des navigues qui s’inscrivent dans le cercle vertueux (l’auteur du concept se reconnaitra)
  • Une météo extra
  • Une bonne ambiance tout le long du WE
  • Un film de kayak extraordinaire

Conclusion de la conclusion :

  • Un we trop court qu’on a envie de recommencer/refaire

Sur l’Ubaye, tu vas à la baille

Week-end CKTLomien du 23-24 juin raconté par Luc B. (suivre le lien ci-dessous).

https://www.cklom.fr/?p=10126#more-10126

et le lien vers la vidéo du WE