==> CR à 8 mains

Jour 1 : La SIAGNE ( par Eric)

La Siagne est une rivière située au nord-ouest de Grasse…la Siagne est une superbe rivière de classe 4 perdue dans la végétation luxuriante où on oublie tout…c’est une sorte de Chalaux en plus rock en Roll dans le sud de la France. Durant cette journée certaines personnes (moi) goutteront l’eau par erreur car n’ayant pas l’habitude de naviguer dans du 4 en continu,mais je reconnais que j’étais bien entouré par une très bonne équipe, d’autres préféreront faire le pitre en passant à l’envers et en marche arrière avec la tête hors de l’eau ‘on sans mérite…enfin certains s’amuseront à lancer la pagaie au dessus d’un pont..!! Pour résumé je garderai un très bon souvenir de cette “perle” car elle a tout la nature, la nature, la difficulté, la sécurité et une eau de très bonne qualité…un seul regret la sortie de la rivière a été un vrai calvaire…mais je la referai…..Eric

Jour 2 : La Vésubie : Défilé de Lantosque et en amont ( par Gaétan)

Après une nuit calme sur les bords de l’Esteron nous nous dirigeons vers les rives de la Vésubie avec l’honneur pour une voiture de la gendarmerie qui s’informe de nos occupations sur le chemin du départ, semble-t-il comme nous de passage sur cette route aux voisins vigilants. Nous nous arrêtons à Lantosque pour une reconnaissance des défilés pour faire monter la pression et reconnaitre les deux passages à l’entrée. Après une interview filmé rondement mené par Jérôme pour le camping qui nous autorise à partir de chez eux nous nous engageons à 7 sur la rivière pour réaliser la partie P2 de la rivière. Malgré un niveau moyen-bas de 80cm (fourchette entre 60 et 120) la première partie d’effectue avec de nombreux grattage de roches pour le plus grand plaisir de Nicolas et Florian qui en profitent pour faire leurs nouvelles montures. Eric sur un passage pique une petite tête avant de nous laisser continuer à l’entrée des gorges de Lantosques pour la partie P3. Après une seconde reco à pied nous nous engageons et réussissions brillamment l’entrée  des gorges. Nous continuons donc les gorges à vue avec le passage de plusieurs rapides qui poussent malgré le niveau moyen-bas et mobilisent notre concentration ce qui aura pour effet que la moitié du groupe ne notera pas le passage sous le rocher suspendu au-dessus de nos têtes. Stéphane nous fera une figure digne de freestyle  à la suite d’un contact avec une roche et passera « le décapiteur » sous l’eau pour une plus grande sécurité. Nous arrivons à notre point d’arrivé  au pont du suquet où nous décidons de passer la nuit avec l’autorisation de l’auberge.

Jour 3 : l’Esteron ( par Florian)

L Esteron, pagaie bleu, niveau mini 0,48 mais qui vaut tout de même le détour!

r’ESTERONs nous en amont stoppé par des panneaux propriété privé? Les voisins vigilant? Les menaces d’appel des gendarmes ou crevaisons de pneus? Bien sûr que non, après un portage de 1km en descente cette fois (easy pour nous contrairement à un anciens rugbyman cassé de partout qui sans ça serait venu avec nous, quel dommage!), nous irons dans cette profonde gorge (si tu as lu gorge profonde tu lis mal), certains plus que d’autres d’ailleurs. 
Après un petit plat à la limite de trop gratter une petite « chute » (plus une glissière pentu) marque donc l’entrée dans cette magnifique gorge avec ses airs de Verdon Junior. 
Une eau turquoise, des falaises aux belles formes à défaut de kayakisTE, seuils après seuils on avance doucement, Nico tente d’immortaliser quelques images, Éric prend même le temps de se baigner, on repère, on y va et ça passe parfaitement sur l’eau ou a pied (sur l’eau c’est du bonheur, à pied peut être aussi sous un autre angle). 
Cette fois-ci Jerome a su levé la tête pour admirer les arches naturels mais il en a loupé la chatière, il a préféré tester sa combinaison étanche. 
4h15 pour une 12km de belle rivière, reste encore 1h30 de navette pour 3, les autres r’esteront dans le cul  de sac.

Jour 4 : La Var – Gorges de Daluis ( par Stéphane)

Après une nuit de sommeil au camping du Brec, les 7 comparses se réunissent autour d’un petit déjeuner «particulier». En effet, si celui-ci est tout fait ordinaire dans sa composition, il sera agrémenté par le striptease d’une cyclotouriste, qui ne laissera insensible que les moins réveillés du groupe. Une fois le camp replié et nos kayakistes remis de leurs émotions, départ pour le Var.
A nous les fameuses Gorges de Daluis.
Le niveau d’eau est au mini, mais suffisant pour une navigation de fin de séjour, l’embarquement se fera en aval des Guillaumes, le vent qui nous accueille ainsi que la température de l’eau engendreront un curieux rituel, en effet inconsciemment chacun ramènera ses mains vers le centre de la pagaie afin d’éviter au maximum le contact de l’eau.
Nous débuterons donc le début du parcours avec un style « So British»
La parcours se déroule sans heurts, jusqu’au moment ou un rocher, un peu fourbe, caché dans un virage, permettra à un kayakiste distrait vraisemblablement par le paysage, de goûter intégralement à la température de l’eau.
A l’entrée des gorges le groupe prendra un rythme Touristique (le fameux T du club) afin de profiter pleinement de l’immensité et de la beauté du spectacle que nous offrent ces gorges rouges.
Le soleil nous rejoindra au cours de la descente afin de magnifier l’ensemble du tableau.
Une petite pause selfie devant la cascade d’Amen et c’est reparti.
Après le débarquement situé un peu après le pont du ravin de Chaudan et la navette, un concours de lancer de cordes de sécurité sera improvisé par les encadrants afin de désigner les heureux rédacteurs du CR.
La démarche étant fortement pédagogique, 2 conseils :1) Entraînez-vous2) Soyer vigilant la prochaine fois sur la non prise en compte des rebonds dans les résultats définitifs.

Une fois l’épreuve terminée, et les véhicules chargés, 6 kayakistes retourneront sur Lyon, le 7ème partira quant à lui rejoindre une sortie de kayak en mer.