Tag Archives: Corse

Corse – Pâques 2018 – Le TRAVO

==> CR par Séb

Tout baigne sur le Travo !

 

Après 5 jours de pluie, des bains à foison, une côte cassée, une galère de remorque, un voisin de tente qui ronfle, la cuisine de Jérôme (enfin, juste une pincée, mais ça a suffi !), nous retrouvons enfin notre bonne étoile, et… le SOLEIL !

Ça tombe bien, aujourd’hui, c’est le Travo. On a bien travaillé notre navigation dans du manœuvrier et du volume. Et bien aujourd’hui ce sera un peu tout ça avec pas mal d’eau, de la pente, des cailloux.

Anna est pleine de fougue, remontée comme une horloge par ses victoires à la belote. Elle part en tête, passe le 2ème rapide en pole position, juste devant son bateau. Trop dur pour lui, qui rend l’âme.

On ne saura jamais pourquoi le Steph nous a abandonné au milieu de cette galère, heu pardon, belle descente. Il préfère nous planter en haut des dômes : ces 3 magnifiques marches entre 5 et 7 mètres, taillées dans la roche mère. Un décor de folie ! On nous avait prévenu la veille, il faut bien les prendre droite, gauche, milieu. Non attends gauche droite milieu, ah non flute, je sais plus !

Finalement, on engage la première extrême droite. Johan, plein de confiance de ses précédentes descentes tente une figure : en travers, sans vitesse, la tête en bas (heureusement remis dans le droit chemin par un allemand de passsage), la deuxième à gauche, et la troisième bien à gauche sur la langue d’eau. Et tout se passe bien.

Le très, précautionneux Pierre Yves a pensé à prendre son maillot de bain, il en profite donc pour goûter l’eau du Travo. La trouvant fraîche, il se décide à réembarquer.

 

Puis on porte rive droite, on porte rive gauche. Sauf quelques courageux :

Raph, Nico et les 2 Guillaume passent plus ou moins proprement

Jérôme fait taire les mauvaises langues en sortant un très bel esquimau.

Mike montre que ça passe aussi très bien à la nage.

 

Nicolas Fournials est éclaboussé (ce sera sa seule mésaventure de la semaine).

La petite Julie (35 kilos) se coince dans un rapide. Heureusement, Johan et son presque quintal (et demi ?) arrive à fond de balle, la débloque en l’expédiant légèrement plus loin et prend sa place. Serguei Alexei Nikolaïovitch récupère tout ce petit monde, et on repart.

Je finis ma 15ème barre de granit/twix/céréales/balisto. Heureusement, il me reste une poche.

Nico Huet, voyant sa fille naviguer, se réjouit de leurs prochaines vacances parkour sur les buildings de Saint Petersbourg.

 

Samuel se fait aussi discret qu’à l’heure de la vaisselle, Tanguy se fait rouster en cachette, nonchalemment.

Au final, une belle journée, 6h de navigation, 45 esquimautages, 18 bains. Et la sensation étrange de se faire doubler par des gars partis en même temps que nous et faisant leur 2ème descente ! Pas cool, ces moustachus.

Corse – Pâques 2018 – Travo en vidéo

==> Vidéo de Adrien

==> kayakistes : Brigitte, Nicolas F , Guillaume B, Tanguy, Jérôme, Samuel , Johan, Mickael, Pierre Yves, Stéphane, Sebastien D , Nicolas H, Julie H, Alexei, Anna, Raph.

Corse – Pâques 2018 – Bas Vecchio et Tavignano

==> Par Raphaël

Descente du Vecchio et du Tavignano

Mercredi 11 avril, la journée la plus pluvieuse du séjour. Le marabou tient la route. Plus étonnant, les extensions (non soumises à permis de construire) réalisée avec les tarps tiennent également la route.

Programme simple en prévision, embarquement 13km en amont du camping, débarquement 6km en aval. On embarque au pont de Venaco sur le Vecchio échelle à 1,78m. Des petites grilles en 3+ qui s’enchainent sans difficulté. On y rencontre une équipe de céistes avec des open-canoes, pour eux c’est sur cela doit être plus compliqué. Et hop confluence avec le Tavignano, là on se rend compte qu’il ne fait pas si chaud. Il y a plein d’eau, des jolis mouvements d’eau mais la météo nous fait descendre sans beaucoup de stops.

Arrêt au camping que tout le monde est bien content de voir, pourtant le parcours n’était pas désagréable, loin de là avec ce niveau, mais je crois que l’on devient très difficile. Grignotage express. Quelques excuses bien choisies pour ne pas réembarquer donc on est un peu moins à réembarquer.

Première attraction, le barrage, la plus belle glissière de barrage que je connaisse ( n°2 étant celle de la Fontauliere). La config, 20m de dénivelé 60m de long (je vous laisse calculé l’hypoténuse) 2 m de large, un très léger virage et de l’eau à ras-bord de la glissière, à gauche de la glissière 5m de vide et des rochers à droite 4m de vide et des rochers. On a beau savoir que l’on ne va pas sortir de la glissière, ça fait sa petite sensation. La suite aussi fait sensation de belle gorge que je classerai comme un petit 4 volume. Imaginez Château Queyras, mais en 3 fois plus long et en plus large. Pierre-Yves et Sam ayant de nouveaux bateaux ouvrent comme des chefs. Derrière les stops sont géniaux, quelques vagues intéressantes pour faire décoller son kayak (et atterrir comme une crêpe). Pas de bains à noter, ce qui n’est pas plus mal car dans les gorges ce n’est pas l’idéal pour récupérer le matos. Au débarquement 1,75 m. Ensuite, de la pluie de la pluie et encore de la pluie. Etant donné qu’il y a 10cm d’eau sous le marabou et sous quelques tentes, décision est prise d’aller manger sur Corte, et oupsss on en oublie 2 au passage, il faut dire que chacun s’était calfeutré au sec) demi-tour du camion pour une navette personnalisé.

==> kayakistes : Brigitte, Nicolas F , Guillaume B, Tanguy, Jérôme, Samuel , Johan, Mickael, Pierre Yves, Stéphane, Sebastien D , Nicolas H, Julie H, Alexei, Anna, Raph.