Corse – Pâques 2018 – Bas Vecchio et Tavignano

==> Par Raphaël

Descente du Vecchio et du Tavignano

Mercredi 11 avril, la journée la plus pluvieuse du séjour. Le marabou tient la route. Plus étonnant, les extensions (non soumises à permis de construire) réalisée avec les tarps tiennent également la route.

Programme simple en prévision, embarquement 13km en amont du camping, débarquement 6km en aval. On embarque au pont de Venaco sur le Vecchio échelle à 1,78m. Des petites grilles en 3+ qui s’enchainent sans difficulté. On y rencontre une équipe de céistes avec des open-canoes, pour eux c’est sur cela doit être plus compliqué. Et hop confluence avec le Tavignano, là on se rend compte qu’il ne fait pas si chaud. Il y a plein d’eau, des jolis mouvements d’eau mais la météo nous fait descendre sans beaucoup de stops.

Arrêt au camping que tout le monde est bien content de voir, pourtant le parcours n’était pas désagréable, loin de là avec ce niveau, mais je crois que l’on devient très difficile. Grignotage express. Quelques excuses bien choisies pour ne pas réembarquer donc on est un peu moins à réembarquer.

Première attraction, le barrage, la plus belle glissière de barrage que je connaisse ( n°2 étant celle de la Fontauliere). La config, 20m de dénivelé 60m de long (je vous laisse calculé l’hypoténuse) 2 m de large, un très léger virage et de l’eau à ras-bord de la glissière, à gauche de la glissière 5m de vide et des rochers à droite 4m de vide et des rochers. On a beau savoir que l’on ne va pas sortir de la glissière, ça fait sa petite sensation. La suite aussi fait sensation de belle gorge que je classerai comme un petit 4 volume. Imaginez Château Queyras, mais en 3 fois plus long et en plus large. Pierre-Yves et Sam ayant de nouveaux bateaux ouvrent comme des chefs. Derrière les stops sont géniaux, quelques vagues intéressantes pour faire décoller son kayak (et atterrir comme une crêpe). Pas de bains à noter, ce qui n’est pas plus mal car dans les gorges ce n’est pas l’idéal pour récupérer le matos. Au débarquement 1,75 m. Ensuite, de la pluie de la pluie et encore de la pluie. Etant donné qu’il y a 10cm d’eau sous le marabou et sous quelques tentes, décision est prise d’aller manger sur Corte, et oupsss on en oublie 2 au passage, il faut dire que chacun s’était calfeutré au sec) demi-tour du camion pour une navette personnalisé.

==> kayakistes : Brigitte, Nicolas F , Guillaume B, Tanguy, Jérôme, Samuel , Johan, Mickael, Pierre Yves, Stéphane, Sebastien D , Nicolas H, Julie H, Alexei, Anna, Raph.